Connexion utilisateur

Un mot de l'animatrice

Quand j’ai commencé mon cours en technologie forestière, j’étais l’une des premières à croire que l’industrie ne faisait qu’une destruction massive des forêts. J’étais vraiment contre l’idée de couper des arbres, même que ça me frustrait à l’idée de devoir moi-même le faire dans le cadre des cours. Puis, un jour, un enseignant est venu me voir et m’a expliqué toute la philosophie derrière la coupe. Un arbre c’est vivant, donc ça meurt. Alors, pourquoi ne pas l’utiliser avant qu’il ne devienne trop vieux et qu’il commence à pourrir? Il m’a demandé de prendre le temps d’analyser autour de moi, toutes les choses faites en bois. Mon bureau, ma chaise, mon crayon, mon papier, les murs, les cadres de fenêtre, etc. Et il m’a ensuite demandé comment je pourrais arriver à avoir tout cela sans la forêt? C’est à ce moment que j’ai compris que nous avions vraiment besoin des arbres.

Les forestiers sont en fait des gens passionnés par la forêt et leur principal but est de l’exploiter tout en la préservant. Les coupes à blanc, ça ne se pratique plus au Québec puisque ces gens ont compris que nous avions besoin de la forêt et que si nous n’y faisions pas attention, un jour nous ne pourrions plus l’utiliser. C’est pourquoi il y a maintenant plusieurs façons de faire qui contribuent à la préservation de la forêt. Les lois, le reboisement, les travaux sylvicoles, les suivis de plantation, les inventaires, sont toutes des méthodes utilisées par les forestiers pour améliorer la santé de nos forêts, ce que je ne savais pas. Et vous, le saviez-vous?

Je crois que c’est ça le problème : le manque d’information. Les gens ne connaissent pas la réalité de ce qui se passe en forêt à cause des erreurs du passé. C’est pourquoi je me suis donnée comme mission de m’arrêter dans les écoles nord-côtières afin d’informer et de sensibiliser les jeunes à l’importance de nos forêts.

Quand je me promène de ville en ville et que je m’arrête dans chaque école, le commentaire m’est souvent fait : «C’est mal de couper les arbres.» Je ne peux m’empêcher de comprendre puisque moi-même j’ai déjà eu cette pensée-là. Alors je souris et j’explique à tous les élèves que oui, couper des arbres, ça peut nous contrarier, mais que si nous les coupons adéquatement et que nous respectons l’environnement, les arbres repousseront et continueront de nous offrir de très bonnes choses.

La forêt, ce n’est pas seulement les arbres, il y a bien plus. Les petites plantes comme le thé du Labrador si bon lorsqu’infusé. Les bleuets, les framboises et les fraises des bois, rien de mieux qu’une bonne tarte préparée par grand-maman. L’if du canada, cet arbuste qui peut maintenant aider à fabriquer des médicaments contre le cancer. L’iris, la sarracénie, le sabot de la Vierge, toutes des plantes uniques que nous pouvons retrouver dans notre environnement.

Et les animaux dans tout ça? Le lièvre, la martre, l’ours, le renard, le lynx, est-ce que ce ne sont pas eux qui vivent dans la forêt? Nous avons tant de plaisir à pouvoir les observer lors d’une belle promenade.

C’est aussi ça le message que je veux transmettre aux jeunes. La forêt crée de l’emploi, elle nous permet d’avoir un toit, de se chauffer, mais elle nous permet également d’avoir du plaisir à la savourer et à l’observer.

Je crois finalement que mon rôle d’animatrice à l’Association forestière Côte-Nord est non seulement une façon de faire comprendre aux jeunes l’importance de la forêt mais aussi de leur apprendre qu’il faut en prendre soin si nous voulons en profiter encore longtemps dans toutes les sphères de notre vie.

Gabrielle Perron

 859, rue Bossé, Baie-Comeau (QC)  G5C 3P8
T -  418 295-2674      C -  info@imagexpert.ca