23 juin 2020 | Association forestière Côte-Nord

Connexion utilisateur

La Nord-Côtière : voir le territoire

La Coopérative forestière La Nord-Côtière exécute des travaux sylvicoles un peu partout sur le territoire. Marius Legendre, directeur des opérations, nous partage quelques photos des travaux de préparation de terrain (déblaiement, scarifiage) effectués depuis le début de la saison. Certains se sont déroulés dans la seigneurie de Portneuf sur terre privée. D’autres aux environs du km 68 de la Toulnustouc sur terre publique.

Ce printemps La Nord-Côtière a fait l’acquisition d’une nouvelle débusqueuse à transmission hydrostatique, plus adaptée aux manœuvres répétées de marche arrière et avant. Anecdote : Comme à la première rayure sur une auto neuve, l’opérateur a presque versé une larme quand une branche a percé un panneau de la machine flambant neuve à la deuxième semaine en forêt, snif !

Les terrains traités ces années-ci sont des endroits fortement atteints par la tordeuse des bourgeons de l’épinette. La régénération naturelle est peu présente car elle a été affectée elle aussi par les petites chenilles. Concrètement les petits arbres sont morts gris séchés. Par conséquent il y a globalement plus de reboisement à faire sur la Côte-Nord. Cette année la Coopérative fera environ 5000 hectares de préparation de terrain et reboisera plus de 5 millions de plants.

Les opérations forestières sont dépendantes de la météo, par exemple en temps de sécheresse. La semaine dernière elles ont été arrêtées en raison du risque extrême de feu de forêt. Un feu a d’ailleurs été allumé après qu’une pelle mécanique a frotté la roche, créant une étincelle. Les chaînes métalliques apposées sur les roues peuvent avoir le même effet. La version moderne de l’homme préhistorique avec son silex, quoi!

La Coopérative forestière effectue aussi des travaux dans le secteur de Manic-5, depuis le début juin et jusqu’à la mi-août. Quatre machines vont opérer 7 jours sur 7 pour traiter plus de 700 hectares en scarifiage, double passage. Ce type de traitement se justifie par l’épaisse couche d’éricacées qui caractérise les sols de ces secteurs. Les éricacées, c’est une famille de plantes dont le kalmia, le thé du Labrador, le bleuet, … qui entrent en compétition avec les arbres dans la recolonisation des sites.

Le 29 juin, une équipe part pour l’île d’Anticosti. Les travailleurs seront transportés en avion et la machinerie par barge. Pendant un mois ils reboiseront 800 000 plants de sapin et d’épinette. Un des objectifs poursuivis est de restaurer la sapinière. Après que l’épinette a été récoltée, des exclos sont construits et on replante en sapin. Les exclos permettent de garder les chevreuils à l’extérieur pour ne pas qu’ils mangent les plants de sapin.

Pour en savoir plus : http://www.lanordcotiere.com/

Explications des travaux sylvicoles :

Texte

Vidéo

 

Marie-Eve Gélinas

 859, rue Bossé, Baie-Comeau (QC)  G5C 3P8
T -  418 295-2674      C -  info@imagexpert.ca